Suivi des salariés

A quoi servent les examens complémentaires?
Dans le cadre des visites de suivi des salariés, Article R.4624-35 du Code du travail  

« Le médecin du travail peut réaliser ou prescrire les examens complémentaires nécessaires :

  • À la détermination de la compatibilité entre le poste de travail et l’état de santé du travailleur, notamment au dépistage des affections pouvant entrainer une contre-indication à ce poste de travail
  • Au dépistage d’une maladie professionnelle ou à caractère professionnel susceptible de résulter de l’activité professionnelle du travailleur
  • Au dépistage des maladies dangereuses pour l’entourage professionnel du travailleur »
    Les examens complémentaires sont pris en charge par le service interentreprises de santé au travail, c’est inclus dans la cotisation. Article R.4624-36 du Code du travail « Les examens complémentaires sont à la charge de l’employeur lorsqu’il dispose d’un service autonome de santé au travail et du service de santé au travail interentreprises dans les autres cas. Le médecin du travail réalise ou fait réaliser ces examens au sein du service de santé au travail, ou choisit l’organisme chargé de pratiquer les examens. Ces derniers sont réalisés dans des conditions garantissant le respect de leur anonymat ».
Comment doit-on faire pour rencontrer le médecin du travail en dehors des visites périodiques?

Le salarié peut demander une visite à la demande du salarié dès qu’il y a des difficultés au poste de travail (notamment avec des répercussions possibles sur sa santé), dès lors que des soucis de santé posent problème au travail, pour toute question concernant le domaine santé-travail.

La visite d’information et de prévention doit-elle obligatoirement se dérouler sur le temps de travail?

L’article R.4624-39 du Code du Travail prévoit que : « Les temps nécessité par les visites et les examens médicaux, y compris les examens complémentaires, est soit pris sur les heures de travail des travailleurs sans qu’aucune retenue de salaire puisse être opérée, soit rémunérée comme temps de travail effectif lorsque ces examens ne peuvent avoir lieu pendant les heures de travail.
Le temps et les frais de transports nécessités par ces visites et ces examens sont pris en charge par l’employeur. »

Pourquoi ne fait-on plus de radio pulmonaire systématique?

Autrefois la radiographie pulmonaire était systématique car la tuberculose était un fléau. Aujourd’hui, ce dépistage ne présente plus d’intérêt.
Les radios, comme tous les examens en santé au travail, sont demandées dans le cadre du dépistage de maladies professionnelles liées à des risques spécifiques (silice par exemple) ou dans le cadre de la détermination de l’aptitude au poste (dépistage de maladies contagieuses pour du personnel de soins par exemple).

Qu’est-ce qu’une visite à la demande?

À tout moment, le salarié et l’employeur peuvent solliciter, à leur demande, une visite réalisée par le médecin du travail.

À la demande du salarié :

  • Elle peut avoir lieu en dehors des heures de travail sans en informer l’employeur ou sur le temps de travail avec l’accord de l’employeur, mais sans nécessité d’en préciser le motif.

À la demande de l’employeur :

  • Elle doit être motivée par écrit auprès du médecin du travail et le salarié doit avoir été informé du motif. Elle ne donne pas systématiquement lieu à la délivrance d’une fiche d’aptitude, mais appelle une réponse à l’employeur

À la demande du médecin 

Qu’est-ce qu’une visite d’information et de prévention (VIP)?

VIP (I ET P) POUR LES SUIVIS SIMPLE ET RENFORCE

 

Pour tout salarié affecté à un poste sans risque, le suivi individuel s’effectue par un professionnel de santé (médecin du travail, collaborateur médecin, interne en médecine du travail ou infirmier en santé au travail) au travail lors d’une visite d’information et de prévention. Une attestation de suivi est délivrée à l’employeur et au salarié.

 

Pour tout salarié affecté à un poste présentant un risque particulier, un suivi individuel renforcé est effectué par un médecin du travail lors d’un examen médical avec délivrance d’aptitude dans un délai de quatre ans maximum et avec une visite intermédiaire tous les deux ans effectuée par un professionnel de santé.

 

VISITE D’INFORMATION ET DE PREVENTION

 

La visite d’information et de prévention concerne les salariés affectés à un poste sans risques.

Cette visite est obligatoire et individuelle. Elle donne lieu à une attestation de suivi et peut être faite par le médecin du travail ou l’infirmier en santé au travail.

L’infirmier pourra orienter le salarié vers le médecin du travail en vue de l’adaptation du poste ou d’une nouvelle affectation, s’il le juge nécessaire.

La VIP a pour objet de :

  • Interroger le salarié sur son état de santé
  • Informer sur les risques liés à son poste de travail,
  • Sensibiliser sur les moyens de prévention à mettre en œuvre
  • Informer de son droit de bénéficier, à tout moment, d’une visite à sa demande avec le médecin du travail

 

Cas général : visite à faire dans les 3 mois après la prise du poste de travail

Cas particuliers, poste sans risques : Visite à faire avant l’embauche pour

  • travailleurs de nuit
  • -18 ans
  • exposition aux agents biologiques groupe 2 / champs électromagnétiques

La visite n’est pas requise si les trois conditions sont réunies :

  • Occupation d’un emploi identique
  • Possession par le médecin du travail de la fiche d’aptitude ou de l’attestation de la précédente visite d’information et de prévention
  • Aucune inaptitude émise au cours des cinq dernières années

 

TABLEAU SIMPLIFIE DU TYPE DE SUIVI DES SALARIES

 

Suivi individuel simple Suivi individuel adapté Suivi individuel renforcé
 

Tous les salariés hors suivis adapté et renforcé

 

1)Les travailleurs suivants :

•               travailleurs handicapés

•               travailleurs en invalidité

•               femmes enceintes, allaitantes ou venant d’accoucher

•               travailleurs de nuit*

•               travailleurs de moins de 18 ans*

2) Tout travailleur dont

•       l’état de santé

•       l’âge

•       les conditions de travail

•       les risques professionnels

le nécessitent => à l’appréciation du médecin (ni l’employeur ni le salarié ne peuvent s’y opposer)

 

1) Les travailleurs exposés :

•       à l’amiante, à la silice

•       au plomb

•       aux CMR (1A- 1B)

•       aux agents biologiques (gr 3 et 4)

•       aux rayonnements ionisants

•       au risque hyperbare

•       au risque chute en hauteur lors du (dé)montage d’échafaudage

2) Avis d’aptitude spécifiques prévus par le Code du travail :

•       habilitation électrique

•       -18 ans en formation affectés à des travaux dangereux

•       port de charges de + 55 kg pour les hommes/25kg pour les femmes

•       autorisation de conduite délivrées par l’employeur (CACES)

3) L’employeur peut compléter cette liste s’il l’estime nécessaire (après avis du CSE, du médecin du travail en cohérence avec le DUERP et la FE).

Il doit motiver par écrit l’inscription de tout poste. Cette liste doit être transmise au SSTI, et tenue à disposition de la DIRECCTE. Elle doit être mise à jour tous les ans.

 

Visite dans les 3 mois qui suivent l’embauche Visite dans les 3 mois qui suivent l’embauche

*Cas particulier : visite avant l’embauche

Visite avant l’embauche ou avant l’affectation au poste.

 

Renouvellement de la VIP dans un délai maximum de 5 ans

 

Mise à Jour SMIE 2017

Renouvellement de la visite d’information et de prévention dans un délai maximum de 3 ans

 

 

Renouvellement de l’examen médical d’aptitude dans un délai de 4 ans maximum par le médecin du travail avec visite intermédiaire par un professionnel de santé dans les 2 ans

 

 

  • Dans tous les cas le médecin peut adapter la périodicité du suivi

 

EXAMEN MEDICAL D’APTITUDE (EMA)

 

Les salariés affectés à des postes présentant des risques particuliers pour leur santé ou leur sécurité, bénéficient d’un suivi individuel renforcé (SIR).

C’est le cas également des salariés affectés à des postes pour lesquels le Code du travail prévoit un examen d’aptitude spécifique.

Ce suivi individuel renforcé comprend un examen médical d’aptitude obligatoire qui se substitue à la visite d’information et de prévention. Il doit être réalisé avant l’embauche ou avant l’affectation au poste.

Il est réalisé par le médecin du travail.

A l’issue de l’examen, le médecin du travail délivre un avis d’aptitude ou d’inaptitude.

Cet examen est réalisé dans un délai de 4 ans maximum. Une visite intermédiaire est effectuée par un professionnel de santé au plus tard 2 ans après l’examen médical d’aptitude.

Qu’est-ce qu’une visite de pré-reprise?

En vue de favoriser le maintien dans l’emploi des salariés en arrêt de travail, une visite de pré-reprise peut être demandée. Elle est réalisée par le médecin du travail et est à l’initiative uniquement:

  • Du médecin traitant
  • Du médecin conseil des organismes de sécurité sociale
  • Du salarié lui-même

 

Elle ne donne pas lieu à la délivrance d’une attestation ou d’une fiche d’aptitude, mais vise à préparer la reprise et à envisager les éventuelles mesures qui pourront la faciliter.

La visite de pré-reprise permet de proposer au salarié:

  • Un aménagement ou une adaptation du poste de travail
  • Des préconisations de reclassement
  • Des formations professionnelles à organiser en vue de faciliter le reclassement du salarié ou sa réorientation professionnelle

 

La visite de pré-reprise ne dispense pas de la visite de reprise.

Qu’est-ce qu’une visite de reprise?

Le salarié bénéficie d’un examen de reprise du travail obligatoire par le médecin du travail:

  • Après un congé de maternité
  • Après une absence pour cause de maladie professionnelle sans condition de durée
  • Après une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel

Elle doit avoir lieu le jour de la reprise effective du travail et, au plus tard, dans un délai de 8 jours après la reprise.

Cet examen a pour objectif :

  • De vérifier si le poste de travail que doit reprendre le salarié, ou le poste de reclassement auquel il doit être affecté est compatible avec son état de santé
  • D’examiner les propositions d’aménagement ou d’adaptation du poste repris par le salarié ou de reclassement faites par l’employeur à la suite des préconisations émises le cas échéant par le médecin du travail lors de la visite de pré-reprise
  • De préconiser l’aménagement, l’adaptation du poste ou le reclassement du salarié

D’émettre, le cas échéant, un avis d’inaptitude

Qu’est-ce que le suivi des salariés?

La loi travail du 8 août 2016 et le décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 s’inscrivent dans la continuité de la loi de 2011 qui a défini les quatre missions essentielles des SSTI, assurées par une équipe pluridisciplinaire animée et coordonnée par le médecin du travail. Ces missions sont confortées et rééquilibrées : action en entreprise, conseil, surveillance de l’état de santé, traçabilité et veille sanitaire.

Au 1er janvier 2017, les modalités de la surveillance de l’état de santé des salariés évoluent pour s’adapter à la fois au monde du travail et à la situation de chaque salarié.

  • LE MÉDECIN DU TRAVAIL DEMEURE AU CENTRE DU DISPOSITIF AVEC UN RÔLE RENFORCÉ

Animateur et coordinateur d’une équipe pluridisciplinaire, le médecin du travail voit ses missions explicitement complétées, notamment par l’aide à l’évaluation des risques dans l’entreprise. Le médecin du travail dispose par ailleurs d’une plus grande liberté pour fixer le rythme et le contenu des visites individuelles. Le suivi de l’état de santé est réalisé par lui-même ou par un infirmier sous protocole médical.

  • TOUS LES SALARIÉS SONT PRIS EN CHARGE PAR UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ DÈS L’EMBAUCHE

Tous les salariés seront pris en charge par un professionnel de santé dès l’embauche : soit lors d’une visite d’information et de prévention, assurée notamment par un infirmier du travail, soit, s’il existe des risques particuliers, lors d’une visite médicale, avec délivrance d’un avis d’aptitude, assurée par un médecin.

  • CHAQUE SALARIÉ SERA SUIVI PAR UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ AVEC UNE PÉRIODICITÉ ADAPTÉE À SA SITUATION

Il ne pourra pas s’écouler plus de 2 ans entre deux rendez-vous avec un professionnel de santé au travail si des risques particuliers sont identifiés et plus de 5 ans dans les autres cas. La périodicité sera adaptée sur décision du médecin du travail en fonction de l’âge, de l’état de santé et des risques du poste. La liste des risques particuliers est définie réglementairement, mais peut être complétée par l’entreprise qui motive sa déclaration avis pris du médecin du travail.

Voici les différents types de visite qu’il peut y avoir:
– VIP (I et P) pour les suivis simple et renforcé
– Examen médical d’aptitude
– Visite de pré-reprise
– Visite de reprise
– Visite à la demande
– Examens complémentaires

 

Quand doit-on effectuer une visite d’information et de prévention initiale?

Le code du travail prévoit que la visite d’embauche doit avoir lieu dans les 3 mois qui suivent l’embauche, voire avant l’embauche si le poste justifie une surveillance médicale renforcée.
C’est une obligation qui s’impose à l’employeur.

Que dois-je apporter lors de ma visite?

La convocation émanant de nos Services, votre carnet de Santé , de vaccination , ainsi que tous les documents médicaux relatifs au motif de la visite médicale (Radiographies, Compte rendu médical …)

Quelles sont les interdictions et les dérogations pour le travail des jeunes de moins de 18 ans?

Ces risques sont listés par la circulaire d’octobre 2013

Quels sont les motifs justifiant un suivi individuel renforcé?

TABLEAU SIMPLIFIE DU TYPE DE SUIVI DES SALARIES

 

Suivi individuel simple Suivi individuel adapté Suivi individuel renforcé
 

Tous les salariés hors suivis adapté et renforcé

 

1)Les travailleurs suivants :

•               travailleurs handicapés

•               travailleurs en invalidité

•               femmes enceintes, allaitantes ou venant d’accoucher

•               travailleurs de nuit*

•               travailleurs de moins de 18 ans*

2) Tout travailleur dont

•       l’état de santé

•       l’âge

•       les conditions de travail

•       les risques professionnels

le nécessitent => à l’appréciation du médecin (ni l’employeur ni le salarié ne peuvent s’y opposer)

 

1) Les travailleurs exposés :

•       à l’amiante, à la silice

•       au plomb

•       aux CMR (1A- 1B)

•       aux agents biologiques (gr 3 et 4)

•       aux rayonnements ionisants

•       au risque hyperbare

•       au risque chute en hauteur lors du (dé)montage d’échafaudage

2) Avis d’aptitude spécifiques prévus par le Code du travail :

•       habilitation électrique

•       -18 ans en formation affectés à des travaux dangereux

•       port de charges de + 55 kg pour les hommes/25kg pour les femmes

•       autorisation de conduite délivrées par l’employeur (CACES)

3) L’employeur peut compléter cette liste s’il l’estime nécessaire (après avis du CSE, du médecin du travail en cohérence avec le DUERP et la FE).

Il doit motiver par écrit l’inscription de tout poste. Cette liste doit être transmise au SSTI, et tenue à disposition de la DIRECCTE. Elle doit être mise à jour tous les ans.

 

Visite dans les 3 mois qui suivent l’embauche Visite dans les 3 mois qui suivent l’embauche

*Cas particulier : visite avant l’embauche

Visite avant l’embauche ou avant l’affectation au poste.

 

Renouvellement de la VIP dans un délai maximum de 5 ans

Mise à Jour SMIE 2017

Renouvellement de la visite d’information et de prévention dans un délai maximum de 3 ans Renouvellement de l’examen médical d’aptitude dans un délai de 4 ans maximum par le médecin du travail avec visite intermédiaire par un professionnel de santé dans les 2 ans

Dans tous les cas le médecin peut adapter la périodicité du suivi

Qui détermine si un salarié doit être soumis ou non à un suivi individuel renforcé?

C’est à l’employeur de déclarer si ses salariés sont soumis à suivi individuel renforcé en fonction des risques auxquels le salariés est exposés ou non. Il se peut que le médecin du travail prenne l’initiative de suivre une personne plus occasionnellement dans certaines situations particulières.

Un salarié en arrêt doit-il systématiquement effectuer une visite de reprise?

La visite de reprise est obligatoire après:

  • tout arrêt pour maladie professionnelle,
  • après un congé maternité
  • ainsi qu’après les arrêts maladies ou accidents de travail à partir de 30 jours d’arrêt.

Elle doit être effectuée à la demande de l’employeur dans les 8 jours ouvrables à compter de la reprise du travail.
Le contrat de travail est d’ailleurs suspendu jusqu’à cette visite.

Si le salarié pense avoir des difficultés à reprendre son poste ou dans tous les cas à partir de 3 mois d’arrêt, il  peut demander une visite de pré-reprise avant la fin de son arrêt.

Action sur le milieu de travail

Aide à l’élaboration du document unique

Depuis 2001, les employeurs ont l’obligation de transcrire les résultats de leur évaluation des risques pour la santé et la sécurité des salariés, ainsi que les mesures qu’ils entendent mettre en œuvre pour la prévention des risques, dans un document désigné sous le nom de « Document Unique ».

 

Pour élaborer son document unique, l’employeur peut solliciter l’aide de son service de santé au travail, médecin du travail et IPRP (intervenants en prévention des risques professionnels) : leur connaissance de l’entreprise et leur expertise en matière de risques leur permettent de jouer un rôle essentiel de conseil pour l’identification des dangers, l’évaluation des risques professionnels, la rédaction du document unique et la mise en place d’un plan de prévention adapté

Conseil, sensibilisation et prévention

Le Code du Travail a confié aux Services de Santé au Travail une mission de conseil aux employeurs, aux travailleurs et à leurs représentants

«sur les dispositions et mesures nécessaires afin d’éviter ou de diminuer les risques professionnels, d’améliorer les conditions de travail, de prévenir la consommation d’alcool et de drogue sur le lieu de travail, de prévenir le harcèlement sexuel et moral, de prévenir ou de réduire la pénibilité au travail et la désinsertion professionnelle et de contribuer au maintien dans l’emploi des travailleurs» (art. L4622-2).

 

 

Pour mettre en place une démarche de prévention, il est nécessaire de s’appuyer sur les neuf grands principes généraux qui régissent l’organisation de la prévention.

 

  • Éviter les risques, c’est-à-dire supprimer le danger ou l’exposition au danger
  • Évaluer les risques qui ne peuvent être évités, c’est-à-dire apprécier l’exposition au danger et l’importance du risque afin de prioriser les actions de prévention à mener
  • Combattre les risques à la source, c’est-à-dire intégrer la prévention le plus en amont possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements ou des modes opératoires
  • Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé, en tenant compte des différences interindividuelles, dans le but de réduire les effets du travail sur la santé
  • Tenir compte de l’état d’évolution de la technique, c’est-à-dire adapter la prévention aux évolutions techniques et organisationnelles
  • Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux, c’est éviter l’utilisation de procédés ou de produits dangereux lorsqu’un même résultat peut être obtenu avec une méthode présentant des dangers moindres
  • Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral et au harcèlement sexuel, tels qu’ils sont définis aux articles L. 1152-1 et L. 1153-1
  • Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle, et n’utiliser les équipements de protection individuelle qu’en complément des protections collectives si elles se révèlent insuffisantes
Evaluation du risque bruit

Le bruit est un son provoquant une sensation auditive gênante et désagréable.

Une exposition prolongée au bruit peut avoir des conséquences graves sur la santé des salariés allant de la fatigue auditive à la surdité.

Elle peut également entraîner :

  • Des troubles du sommeil (insomnies)
  • Des troubles de la vigilance (diminution de l’attention et de la concentration)
  • Des troubles du système cardio-vasculaire (élévation de la tension artérielle)
  • Des troubles de l’équilibre psychique (fatigue générale, instabilité de l’humeur, irritabilité)

 

La qualité du travail du salarié peut, en conséquence, être altérée. Cette situation peut être une source d’accident potentielle.

La réglementation impose qu’un salarié ne puisse être exposé à un bruit de 80 décibels et plus sur une durée de 8 heures, sans protection efficace.

L’exposition même de courte durée à un niveau supérieur à 130 décibels est, quant à elle, très dangereuse.

Attention : l’intensité du bruit est multipliée par deux tous les 3 décibels.

L’employeur, responsable de la sécurité de ses salariés, doit prendre en compte le risque bruit dès le choix des machines et leur installation dans les locaux de travail. Il a également l’obligation de mesurer le niveau de bruit en faisant appel à un laboratoire d’expertise.

Si les résultats dépassent les limites autorisées, et s’il n’existe pas de possibilité de réduire ou de supprimer le bruit, des mesures de prévention collectives devront être mis en œuvre, pour baisser le niveau sonore, comme le traitement acoustique des locaux, l’encoffrement des machines ou encore le cloisonnement…

Si elles ne suffisent pas, des mesures de prévention individuelle devront être mises en œuvre : casque antibruit, bouchons d’oreille…

Les opérateurs doivent être sensibilisés et formés au risque bruit et à sa prévention.

À noter : l’exposition au bruit est l’un des six facteurs de risques professionnels pris en considération dans le cadre du compte professionnel de prévention (C2P).

Evaluation du risque chimique

Les agents chimiques peuvent être présents dans l’entreprise sous différentes formes :

  • Pures (soude, acétone…)
  • Mélanges (colles, vernis, eau de javel…)
  • Produits générés (vapeurs, fumées, poussières…)
  • Déchets ou résidus

Ils sont dangereux, dès lors que leur composition est susceptible de porter atteinte à la sécurité et/ou à la santé des salariés exposés.

En contact avec le corps humain (voies respiratoires, peau, bouche), ces agents chimiques dangereux peuvent avoir des effets toxiques et altérer la santé de façon grave.

Il faut les repérer (étiquetage obligatoire, fiches de données de sécurité), les évaluer et mettre en place des moyens de prévention adaptés.

 

 

MESURES DE PRÉVENTION

La réglementation prévoit des dispositions particulières pour la prévention des différents agents chimiques.

Les employeurs doivent, en premier lieu, tenter de les supprimer ou de les substituer par des produits moins nocifs. En cas d’impossibilité, après évaluation des risques, réduire l’exposition au minimum et mettre en place les mesures de prévention collective et individuelle adaptées.

Les employeurs doivent en outre veiller :

  • Aux règles de stockage des produits: limiter les quantités présentes, ne pas stocker les produits incompatibles entre eux
  • A l’accès réglementé aux postes de travail, pour des produits particulièrement dangereux : mettre en place une signalétique appropriée, limiter l’accès aux personnes habilitées
  • A l’utilisation en sécurité des produits: mettre en place des dispositifs de protection collective, équipements de protection individuelle
  • A la prévention des accidentsdans les lieux de stockage et d’utilisation (incendies, explosions…)
  • A l’organisation de l’élimination des déchetsqui peuvent être, eux-mêmes, potentiellement toxiques
Evaluation du risque éclairage

Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l’activité de l’entreprise, même s’il n’y a pas d’exposition à priori du fait des activités de travail. L’objectif est d’évaluer le niveau des risques dans l’entreprise, afin de permettre aux employeurs de prendre les mesures de prévention adaptées.

 

 

RÉGLEMENTATION

 

Code du travail Art. R4223-1 à R4223-12

 

L’éclairage doit être conçu et réalisé de manière à éviter la fatigue visuelle, ainsi que les affections de la vue qui en résultent, et permettre de déceler les risques perceptibles à la vue. Les locaux de travail doivent autant que possible disposer d’une lumière naturelle suffisante.

Code du travail Art. R4223-4 Eclairement minimal
Voies de circulation intérieure 40 lux
Escaliers et entrepôts 60 lux
Locaux de travail, vestiaires, sanitaires 120 lux
Locaux aveugles affectés à un travail permanent 200 lux
Zones et voies de circulations extérieures 10 lux
Espaces extérieurs où sont effectués des travaux à caractère permanent 40 lux
Evalution des ambiances thermiques

De nombreuses professions exposent les salariés à un environnement marqué par des températures élevées (aciéries, cuisines, BTP…) ou à l’inverse très basses (chambres froides, BTP…), voire à de fortes variations de températures.

Les effets sur la santé sont divers allant de la fatigue à la déshydratation en passant par le coup de chaleur pour le travail à la chaleur et la perte de dextérité ou l’hypothermie pour le travail au froid.

Ces risques peuvent avoir des conséquences graves sur la santé et exposer à des situations d’urgence.

Dans tous les cas, ces situations accroissent le risque d’accident (baisse de la vigilance, augmentation du temps de réaction, risque de chute…).

Le travail au froid amplifie, en particulier, le risque de troubles musculo-squelletiques.

Le travail aux températures extrêmes constitue surtout un sur-risque cardiovasculaire majeur.

 

MOYENS DE PRÉVENTION

 

  • Une surveillance médicale adaptée
  • Des mesures organisationnelles prévoyant une augmentation de la fréquence des pauses, si possible, une limitation du travail physique, une rotation des tâches et une réduction du temps de travail
  • Des équipements de protection adaptés quand c’est possible
  • Un aménagement des locaux spécifiques à l’ambiance thermique de travail (zones de repos climatisées ou chauffées…) et des dispositifs permettant de se réhydrater dans le cas d’ambiances chaudes (fontaines à eau)

 

À noter : l’exposition aux températures extrêmes est l’un des six facteurs de risques professionnels pris en considération dans le cadre du compte professionnel de prévention (C2P).

Qu’est-ce qu’une action sur le milieu de travail (AMT)?

Le médecin du travail est le conseiller du chef d’entreprise, des salariés, des représentants du personnel en ce qui concerne :

  • L’amélioration des conditions de travail de l’entreprise,
  • Les adaptations des postes, des techniques et des rythmes de travail à la physiologie humaine,
  • La protection des salariés contre le risque d’accident de travail ou l’utilisation de produits dangereux,
  • L’hygiène générale de l’entreprise,
  • La prévention en éducation sanitaire en relation avec l’activité professionnelle,
  • La construction ou les  aménagements nouveaux.

Il peut proposer ou mener des actions de prévention, de correction ou d’amélioration des conditions de travail au bénéfice d’un salarié en particulier (action individuelle), ou d’un ensemble de salariés (action collective).

Qu’est-ce qu’une fiche d’entreprise?

La fiche d’entreprise est un document clé dans la démarche de prévention dans la mesure où cette fiche constitue un des premiers leviers pour mettre en œuvre une démarche de prévention et pour aider l’employeur dans l’identification et l’évaluation des risques présents dans son entreprise ou son établissement.

 

Pour chaque entreprise ou établissement, le médecin du travail, l’équipe pluridisciplinaire, établit et met à jour une fiche d’entreprise sur laquelle figurent, notamment, les risques professionnels et les effectifs de salariés qui y sont exposés (Art. R.4624-46 du Code du travail).

Cette fiche d’entreprise est établie dans l’année qui suit l’adhésion de l’entreprise au SSTI (Art. R.4624-47 du Code du travail).

La fiche d’entreprise est transmise à l’employeur. Elle est présentée au comité social et économique en même temps que le bilan annuel prévu à l’article L.4612-16. (Art R.4624-48 du Code du travail).

La fiche d’entreprise est également tenue à la disposition du directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi et du médecin inspecteur du travail et peut être consultée par les agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale et par ceux des organismes professionnels de santé, de sécurité et des conditions de travail mentionnés à l’article L. 4643-1.( Article R4624-49 du Code du travail)

Enfin, le modèle de la fiche d’entreprise est fixé par un arrêté du ministre chargé du travail (Art. R.4624-50 du Code du travail)