Plus d'un salarié sur trois a un motif d'insatisfaction au travail

12 octobre 2023 par
Plus d'un salarié sur trois a un motif d'insatisfaction au travail
Présanse Pays de la Loire

En 2022, plus d’un tiers des travailleurs ont un motif d’insatisfaction vis-à-vis de leur emploi : soit ils souhaitent en changer, soit ils voudraient modifier leur durée de travail, soit ils sont en contrat temporaire sans l’avoir choisi.

———

Cette étude, menée par la Dares*, nous indique que 36% des travailleurs français sont insatisfaits au travail. À travers cette enquête, la Dares tente de cerner le niveau de cette insatisfaction, selon le type de contrat et l’âge des travailleurs.

Les travailleurs indépendants moins insatisfaits

En comparaison à l’ensemble des travailleurs, les motifs d’insatisfaction au travail sont moindres pour les non-salariés, c’est-à-dire 23% contre 39% pour les salariés. C’est également le cas pour la volonté de changer de travail (3% contre 13%) et de travailler plus (15% contre 22%), en revanche, pas pour celui de travailler moins (6% contre 4%).

Les motifs d’insatisfaction sont plus présents pour les salariés en contrat temporaire

L’étude met en avant les contrats temporaires, parmi lesquels les motifs d’insatisfaction sont plus fréquents pour les salariés concernés. Environ trois quarts d’entre eux n’ont pas voulu de ce type de contrat et 85% ressentent un motif d’insatisfaction au travail. Les salariés en contrat à durée déterminée (CDD) sont davantage concernés (86%) que les intérimaires (81%). Les salariés en intérims ont plus souvent choisi leur type de contrat (41% contre 22%).

Le niveau d’insatisfaction décroît avec l’âge

Selon l’étude, les jeunes présentent davantage de motifs d’insatisfaction par rapport aux plus âgés. En effet, 37% souhaitent travailler plus à 20-22 ans contre 9% à 64 ans. On note aussi que 18% des jeunes souhaitent changer d’emploi (contre 1%) et 28% sont des salariés en contrat temporaire sans avoir choisi cette situation (contre 4%).

Les motifs d’insatisfaction ne signifient pas pour autant « travailler moins ». L’étude nous prouve qu’à l’inverse, les travailleurs sont plus nombreux à vouloir travailler davantage (21%) qu’à vouloir moins travailler (5%).

———

* Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.

Plus d'un salarié sur trois a un motif d'insatisfaction au travail
Présanse Pays de la Loire 12 octobre 2023
Partager cet article
Étiquettes